Archives du mot-clé NVA

Monsieur Uyttendaele et la pétrification.

Monsieur Uyttendaele a calculé que 4 belges sur cinq n’ont pas voté pour la NVA et il estime que Monsieur De Wever ne conduit pas une mission d’information, mais bien une mission de pétrification. Il s’aménage un scénario gagnant à tous les coups.

Voyons ces trois points en détail. La chambre des députés fédérale comporte 150 membres élus, je suppose Monsieur Uyttendaele d’accord avec moi sur ce point, démocratiquement. Le PS en a 23 et la NVA, 33. Sur 150 députés, 127 ne sont pas socialistes, et 117 ne sont pas NVA. Dans un article précédent, un de mes correspondants a calculé qu’à choisir entre centre gauche et centre droit, 71 voteraient centre droit et 50 centre gauche. Ecrasante majorité, n’est-il pas, pour le centre droit ?

Mais la dictature socialiste en Wallonie terrorise les autres partis à l’idée de participer à un gouvernement de centre droit. Car celui-ci comporterait la NVA. Tout ralliement à ce gouvernement serait immédiatement taxé par le PS et ses obligés de complicité avec un parti qui veut la fin de la Belgique. Or nous pouvons tous voir que la NVA ne parle plus de la fin de la Belgique. Quelle était son argumentation pour demander la fin de la Belgique ? Le sac de boulets que représente pour tous les belges, sauf les caciques qui pullulent au PS, la dictature socialiste wallonne. Monsieur De Wever entrevoit une possibilité de reléguer ce socialisme là où il fleurit par nature : en Wallonie. Monsieur de Wever sait que 50 % de ses électeurs ne désirent pas la fin de la Belgique, mais que tous désirent, comme lui, la fin du sac de boulets. Et, ensembles en Belgique, 47 % des députés belges désirent la fin du sac et 33 % son maintien.

Alors, Monsieur Uyttendaele, qui pétrifie la Belgique ? Vous et vos alliés qui empêchez un gouvernement désiré par une majorité des Belges, ou Monsieur De Wever qui essaye de l’installer ? Pour réussir la disparition de la Belgique, Monsieur De Wever a besoin d’une majorité absolue, au moins en Flandre. Il sait très bien qu’il ne l’aura jamais, s’il parvient à déscotcher le Cdh et à rallier le MR. Bref, s’il réussit à casser la dictature des socialiste wallons. Mais aura-t-il encore envie dans ce cas de sacrifier la Belgique ? Moi je ne le pense pas.

Savez-vous pourquoi le scénario De Wever est gagnant à tous les coups ? Vous l’accusez de ne guère s’intéresser à l’état actuel de la société belge. Avez-vous correctement mesuré ce que pensent les belges élus députés démocratiquement ? Ils rejettent le PS à 71 contre 50, soit à 59 % ! C’est parfaitement démocratique. Mais il est vrai que pour votre parti la loi de la majorité démocratique s’applique rigoureusement en Wallonie, pas ailleurs et surtout pas en Belgique ! Qui veut la fin de la Belgique ?

Votre argumentation porte uniquement sur la NVA, comme si, à elle seule, elle abusait de son pouvoir de nuisance. Faites attention. Votre obstination dictatoriale finira par rendre la NVA sympathique aux vrais démocrates belges.

Surtout si vous organisez de grandes grèves en Wallonie comme en 1960.

Publicités

Un homme politique me répond.

Un homme politique que j’apprécie beaucoup a échangé avec moi les emails qui suivent. Il m’a donné l’autorisation de les publier sur mon blog dans la forme qui suit. Merci à lui.

Il y a un élément (bien regrettable) que vous laissez un peu de côté.

Vous dites que la grande majorité des Belges souhaite un gouvernement de centre-droit.

Peut-être ? Je n’en sais rien ! Reste que la famille socialiste est la plus importante du pays.

Et surtout que le PS a gagné les élections à Bruxelles et en Wallonie.

Les Libéraux ont, bien entendu, beaucoup progressé mais ils sont deuxième.

Et ils sont deuxième surtout à Bruxelles où ils espéraient être les premiers.

On ne peut pas reprocher aux socialistes de s’allier avec le cdH. Ce parti est plus faible que le MR (donc plus facile à contrôler et plus de places pour le PS) et plus proche idéologiquement (donc moins de risques de conflits.

Je dirais même que le PS aurait été particulièrement stupide de s’allier avec le MR, non ?

Pourquoi l’aurait-il fait ?

D’autre part, je reçois ceci d’un correspondant, et je suis assez d’accord avec lui :

Parlant du MR, il dit : « la stratégie c’est de prévoir comme aux échecs, pas après avoir joué
mais avant

Et la dissociation d’avec le FDF ( et surtout le refus ( le différent ) injustifié au niveau financier )
ont amené inéluctablement / mathématiquement le MR en deuxième position à Bruxelles,
et de plus avec un FDF forcément antagoniste.

Et cela c’était tout à fait prévisible. »

Qu’en pensez-vous ?

Le Jeudi 12 juin 2014 13h00, Pierre Van Leeuw a écrit :

Je comprends parfaitement votre position, si partez du fait que vous ne savez pas que la majorité des belges préfèrent au vu des élections le centre droit au centre gauche. Mais, au vu des chiffres dans l’ensemble du pays, vous m’étonnez.


Je viens de faire le calcul, je ne l’avais pas encore fait.

Voici les chiffres :

Droite
NVA 33 + MR 20 + VLD 14 + Vlaams Belang 3 + PP 1 = 71

Centre
CD&V 18 + cdH 9 + FDF 2 = 29

Gauche
PS 23 + SPA 13 + Ecolo 6 + Groen 6 + PTB 2 = 50

Donc, votre raisonnement est correct sur cette base.

Toute la question est, par conséquent, celle de la NVA.

Pour ma part, je n’ai pas d’idées préconçues anti-NVA.

Mais le problème est là.

Avant les élections, tous les partis francophones ont dit pas de gouvernement avec la NVA.

Mais le problème est maintenant concrètement posé.

Entre un gouvernement avec la NVA qui exige la fin du pays et un gouvernement sans eux, je préfère la deuxième solution.

Mais si, comme on a l’air de se diriger, la NVA n’a plus de revendications séparatistes, les cartes seront redistribuées !

Ce sera très intéressant à suivre.

Le Jeudi 12 juin 2014 15h16, Pierre Van Leeuw a écrit :

Mon raisonnement est d’autant plus correct que je n’imagine pas un instant au centre le CDH et que je ne suis pas loin de penser la même chose du FDF.

Effectivement, je pense que la NVA est occupée à rebattre les cartes. La majorité de ses électeurs ne veulent pas la fin de la Belgique, mais la fin du sac de cailloux que représente pour la Belgique la Wallonie socialiste. Et je crois que De Wever en est bien conscient.

Je suis assez d’accord sauf sur le positionnement du FDF et du cdH.

Votre raisonnement est celui d’un homme de droite.

Je puis vous assurer que les gens de gauche considèrent le cdH comme un infâme parti de droite, que les gens du PP considèrent le MR comme étant au centre gauche, que les gens du PTB voient le PS au centre voire même au centre-droit.

Disons, qu’en ce qui concerne le positionnement, je me suis basé sur les classifications des politologues.