Archives du mot-clé évolution

L’évolution de l’espèce humaine.

—–Original Message—–
From: Jacqpote
Sent: Saturday, July 25, 2015 8:25 PM
To: undisclosed-recipients:
Subject: évolution

On peut se demander comment l’espèce humaine (?) évolue.

Les singes bonobo ont 98% des génomes humains.
Mais ils ne savent pas écrire, ni envoyer un des leurs dans la lune (et
retour).

Obama a un grand-père agriculteur au Kenya.

A quelle vitesse évoluons-nous ?

A+

 

Ma réponse.

L’évolution entre les poussières d’étoiles qui ont constitué la terre et l’apparition de l’homme a duré plus de 4 milliards d’années. Cette évolution a été très lente à nos yeux. Elle était passive (adaptation des espèces à leur environnement changeant) et aléatoire (soumise au hasard des rayons cosmiques sur l’ADN et des changements climatiques et géologiques). Mais depuis très peu de temps (bien moins que le temps d’un éclair au niveau géologique) l’homme veut maitriser  cette évolution. Il en est cependant seulement aux premiers balbutiements. Il va faire des bêtises terribles qui risquent de mettre fin à l’humanité. Il va peut-être aussi faire des avancées stupéfiantes.

Un scénario délirant.

Mais en définitive, il va disparaitre, faute de ressources naturelles, s’il ne réduit pas drastiquement sa façon de les utiliser, ce dont je le crois incapable. Actuellement déjà il en consomme plus que ce que la terre produit chaque année. Il ira en exploiter ailleurs dans le système solaire. Quand il aura épuisé le système solaire, il s’attaquera aux systèmes solaires voisins, il exploitera peut-être la totalité de notre galaxie. Elle a une longueur de près de 100.000 années-lumière.

Supposons qu’il avance dans sa conquête de la galaxie à raison
d’une année lumière par millénaire (10.000 milliards de km quand même, soit plus d’un million de km/h.), cela lui prendra, si tout va bien, 100 millions d’années. Avec les aléas inévitables, comptons 1 à quelques milliards d’années. J’ai bien peur que les bêtises ne soient bien plus probables que les avancées stupéfiantes. Et que l’homo sapiens sapiens n’aie déjà dépassé une fraction significative de son existence dans l’univers connu.

Exploiter les galaxies voisines, dont la plus proche est à 4 millions d’années lumière me parait hors de notre portée, à tout jamais. D’autant plus que l’expansion de l’Univers, en accélération depuis des milliards d’années, ne cesse d’accroitre cette distance.

Mais peut-être est-ce un autre destin qui nous attend. La bionique, la robotique et ce que l’on appelle actuellement, faute de mieux, l’intelligence artificielle sont tellement liées que l’on doit envisager dans un avenir très proche leur fusion.

Un scénario dégénérescent.

Ceux qui maitriseront l’ensemble, une petite oligarchie, seront pour un court temps les maîtres du monde. Mais ils sont condamnés à court terme. Leur symbiose avec les robots qu’ils developperont de plus en plus et de plus en plus vite, leur imposera un mode de vie qui produira leur dégénérescence morphologique au profit d’une apparente hypertrophie de leur intelligence et qui les mettra dans une position où ils auront l’impression de jouer un jeu de rôle désincarné ! Leur aveugle confiance dans leur intelligence et celle de leurs robots détruira leur civilisation inhumaine dans des guerres qui n’auront rien à envier aux atrocités que nous avons connues et connaissons de nos jours. Tous les prétextes seront bons, la liberté, la démocratie, la religion et Dieu sait quelles idéologies perverses qui verront encore le jour.

Peut-on espérer que les peuples restés « primitifs » à leurs yeux auront la force et l’intelligence de rétablir une société viable ? Si oui, combien de temps cela prendra-t-il ? L’humanité aura en tous cas régressé sérieusement.

Un scenario heureux ?

Des scenarii du genre des deux précédents, on peut en imaginer de nombreux. Je voudrais en trouver un qui termine bien avec tout le monde il est gentil et s’embrasse, mais je n’arrive pas à l’imaginer. Comme le disait John Bell, on dira peut-être que j’ai manqué d’imagination.

Je t’entends réagir: science-fiction pas très optimiste, tout cela, mon Cher Pierre !

Je te réponds: tu m’as posé une question, j’y réponds comme je peux. Que j’aie raison ou tort, aucun de nous deux ne le saura… en tous cas je l’espère !

Publicités

Un homme politique me répond.

Un homme politique que j’apprécie beaucoup a échangé avec moi les emails qui suivent. Il m’a donné l’autorisation de les publier sur mon blog dans la forme qui suit. Merci à lui.

Il y a un élément (bien regrettable) que vous laissez un peu de côté.

Vous dites que la grande majorité des Belges souhaite un gouvernement de centre-droit.

Peut-être ? Je n’en sais rien ! Reste que la famille socialiste est la plus importante du pays.

Et surtout que le PS a gagné les élections à Bruxelles et en Wallonie.

Les Libéraux ont, bien entendu, beaucoup progressé mais ils sont deuxième.

Et ils sont deuxième surtout à Bruxelles où ils espéraient être les premiers.

On ne peut pas reprocher aux socialistes de s’allier avec le cdH. Ce parti est plus faible que le MR (donc plus facile à contrôler et plus de places pour le PS) et plus proche idéologiquement (donc moins de risques de conflits.

Je dirais même que le PS aurait été particulièrement stupide de s’allier avec le MR, non ?

Pourquoi l’aurait-il fait ?

D’autre part, je reçois ceci d’un correspondant, et je suis assez d’accord avec lui :

Parlant du MR, il dit : « la stratégie c’est de prévoir comme aux échecs, pas après avoir joué
mais avant

Et la dissociation d’avec le FDF ( et surtout le refus ( le différent ) injustifié au niveau financier )
ont amené inéluctablement / mathématiquement le MR en deuxième position à Bruxelles,
et de plus avec un FDF forcément antagoniste.

Et cela c’était tout à fait prévisible. »

Qu’en pensez-vous ?

Le Jeudi 12 juin 2014 13h00, Pierre Van Leeuw a écrit :

Je comprends parfaitement votre position, si partez du fait que vous ne savez pas que la majorité des belges préfèrent au vu des élections le centre droit au centre gauche. Mais, au vu des chiffres dans l’ensemble du pays, vous m’étonnez.


Je viens de faire le calcul, je ne l’avais pas encore fait.

Voici les chiffres :

Droite
NVA 33 + MR 20 + VLD 14 + Vlaams Belang 3 + PP 1 = 71

Centre
CD&V 18 + cdH 9 + FDF 2 = 29

Gauche
PS 23 + SPA 13 + Ecolo 6 + Groen 6 + PTB 2 = 50

Donc, votre raisonnement est correct sur cette base.

Toute la question est, par conséquent, celle de la NVA.

Pour ma part, je n’ai pas d’idées préconçues anti-NVA.

Mais le problème est là.

Avant les élections, tous les partis francophones ont dit pas de gouvernement avec la NVA.

Mais le problème est maintenant concrètement posé.

Entre un gouvernement avec la NVA qui exige la fin du pays et un gouvernement sans eux, je préfère la deuxième solution.

Mais si, comme on a l’air de se diriger, la NVA n’a plus de revendications séparatistes, les cartes seront redistribuées !

Ce sera très intéressant à suivre.

Le Jeudi 12 juin 2014 15h16, Pierre Van Leeuw a écrit :

Mon raisonnement est d’autant plus correct que je n’imagine pas un instant au centre le CDH et que je ne suis pas loin de penser la même chose du FDF.

Effectivement, je pense que la NVA est occupée à rebattre les cartes. La majorité de ses électeurs ne veulent pas la fin de la Belgique, mais la fin du sac de cailloux que représente pour la Belgique la Wallonie socialiste. Et je crois que De Wever en est bien conscient.

Je suis assez d’accord sauf sur le positionnement du FDF et du cdH.

Votre raisonnement est celui d’un homme de droite.

Je puis vous assurer que les gens de gauche considèrent le cdH comme un infâme parti de droite, que les gens du PP considèrent le MR comme étant au centre gauche, que les gens du PTB voient le PS au centre voire même au centre-droit.

Disons, qu’en ce qui concerne le positionnement, je me suis basé sur les classifications des politologues.