Le litige Amazon – Hachette

Comme auteur sur le site Amazon, j’ai reçu l’email suivant:

Dear KDP Author, Just ahead of World War II, there was a radical invention that shook the foundations of book publishing. It was the paperback book. This was a time when movie tickets cost 10 or 20 cents, and books cost $2.50. The new paperback cost 25 cents – it was ten times cheaper. Readers loved the paperback and millions of copies were sold in just the first year. With it being so inexpensive and with so many more people able to afford to buy and read books, you would think the literary establishment of the day would have celebrated the invention of the paperback, yes? Nope. Instead, they dug in and circled the wagons. They believed low cost paperbacks would destroy literary culture and harm the industry (not to mention their own bank accounts). Many bookstores refused to stock them, and the early paperback publishers had to use unconventional methods of distribution – places like newsstands and drugstores. The famous author George Orwell came out publicly and said about the new paperback format, if “publishers had any sense, they would combine against them and suppress them.” Yes, George Orwell was suggesting collusion. Well… history doesn’t repeat itself, but it does rhyme. Fast forward to today, and it’s the e-book’s turn to be opposed by the literary establishment. Amazon and Hachette – a big US publisher and part of a $10 billion media conglomerate – are in the middle of a business dispute about e-books. We want lower e-book prices. Hachette does not. Many e-books are being released at $14.99 and even $19.99. That is unjustifiably high for an e-book. With an e-book, there’s no printing, no over-printing, no need to forecast, no returns, no lost sales due to out of stock, no warehousing costs, no transportation costs, and there is no secondary market – e-books cannot be resold as used books. E-books can and should be less expensive. Perhaps channeling Orwell’s decades old suggestion, Hachette has already been caught illegally colluding with its competitors to raise e-book prices. So far those parties have paid $166 million in penalties and restitution. Colluding with its competitors to raise prices wasn’t only illegal, it was also highly disrespectful to Hachette’s readers. The fact is many established incumbents in the industry have taken the position that lower e-book prices will “devalue books” and hurt “Arts and Letters.” They’re wrong. Just as paperbacks did not destroy book culture despite being ten times cheaper, neither will e-books. On the contrary, paperbacks ended up rejuvenating the book industry and making it stronger. The same will happen with e-books. Many inside the echo-chamber of the industry often draw the box too small. They think books only compete against books. But in reality, books compete against mobile games, television, movies, Facebook, blogs, free news sites and more. If we want a healthy reading culture, we have to work hard to be sure books actually are competitive against these other media types, and a big part of that is working hard to make books less expensive. Moreover, e-books are highly price elastic. This means that when the price goes down, customers buy much more. We’ve quantified the price elasticity of e-books from repeated measurements across many titles. For every copy an e-book would sell at $14.99, it would sell 1.74 copies if priced at $9.99. So, for example, if customers would buy 100,000 copies of a particular e-book at $14.99, then customers would buy 174,000 copies of that same e-book at $9.99. Total revenue at $14.99 would be $1,499,000. Total revenue at $9.99 is $1,738,000. The important thing to note here is that the lower price is good for all parties involved: the customer is paying 33% less and the author is getting a royalty check 16% larger and being read by an audience that’s 74% larger. The pie is simply bigger. But when a thing has been done a certain way for a long time, resisting change can be a reflexive instinct, and the powerful interests of the status quo are hard to move. It was never in George Orwell’s interest to suppress paperback books – he was wrong about that. And despite what some would have you believe, authors are not united on this issue. When the Authors Guild recently wrote on this, they titled their post: “Amazon-Hachette Debate Yields Diverse Opinions Among Authors” (the comments to this post are worth a read).  A petition started by another group of authors and aimed at Hachette, titled “Stop Fighting Low Prices and Fair Wages,” garnered over 7,600 signatures.  And there are myriad articles and posts, by authors and readers alike, supporting us in our effort to keep prices low and build a healthy reading culture. Author David Gaughran’s recent interview is another piece worth reading. We recognize that writers reasonably want to be left out of a dispute between large companies. Some have suggested that we “just talk.” We tried that. Hachette spent three months stonewalling and only grudgingly began to even acknowledge our concerns when we took action to reduce sales of their titles in our store. Since then Amazon has made three separate offers to Hachette to take authors out of the middle. We first suggested that we (Amazon and Hachette) jointly make author royalties whole during the term of the dispute. Then we suggested that authors receive 100% of all sales of their titles until this dispute is resolved. Then we suggested that we would return to normal business operations if Amazon and Hachette’s normal share of revenue went to a literacy charity. But Hachette, and their parent company Lagardere, have quickly and repeatedly dismissed these offers even though e-books represent 1% of their revenues and they could easily agree to do so. They believe they get leverage from keeping their authors in the middle. We will never give up our fight for reasonable e-book prices. We know making books more affordable is good for book culture. We’d like your help. Please email Hachette and copy us. Hachette CEO, Michael Pietsch: Michael.Pietsch@hbgusa.com Copy us at: readers-united@amazon.com Please consider including these points: – We have noted your illegal collusion. Please stop working so hard to overcharge for ebooks. They can and should be less expensive. – Lowering e-book prices will help – not hurt – the reading culture, just like paperbacks did. – Stop using your authors as leverage and accept one of Amazon’s offers to take them out of the middle. – Especially if you’re an author yourself: Remind them that authors are not united on this issue. Thanks for your support.   The Amazon Books Team

 J’ai envoyé l’email suivant à Hachette avec copie pour Amazon, comme il le demande.

Pierre VAN LEEUW          

Ingénieur civil U.I.Lv

B – 1180 Bruxelles, le   9 août 2014

Avenue Montjoie, 247

Tel 02 343.81.58 

e-mail : pierre.vanleeuw@skynet.be

https://pierrevanleeuw.wordpress.com/

  A l’attention de

Hachette CEO, Michael Pietsch

Monsieur,

Je reçois d’Amazon un message m’expliquant le litige qui vous sépare. Je ne vais pas prendre parti. Ils me demandent de vous écrire et de leur envoyer copie, ce que je vais faire. C’est comme auteur et comme lecteur que je vous écris.

L’auteur peut avoir deux motivations :

  •  L’écriture est pour lui un hobby. C’est mon cas. Ma motivation : être lu et recevoir un retour des lecteurs. J’ai déjà vendu sur Amazon quelques centaines de bouquins, alors même que je n’aurais peut-être jamais trouvé d’éditeur sans Amazon. Je suis très satisfait d’être souvent en tête des ventes dans ma catégorie.
  •  L’écriture est son métier, il en vit. Sa motivation principale, même s’il déclare le contraire, est l’optimisation de ses revenus. Ford disait rechercher les millions de clients et pas les clients à millions. C’est une politique commerciale qui a fait ses preuves. Mais le commerce de luxe nourrit également très bien !

Je suppose que nous sommes tous les trois Amazon, vous et moi, partisans de l’économie de marché et de la libre entreprise. Dans ce cas, qui suis-je et qui est Amazon pour vous dicter votre politique de vente ? Seuls vos auteurs pourraient la critiquer. C’est leur affaire et la vôtre. Pas la mienne et celle d’Amazon.

Je ne crois pas très fort au combat d’Amazon pour la défense de la culture. Leur organisation est commerciale avant tout. Par exemple, s’ils défendent la culture, pourquoi faut-t-il avoir un compte français et un compte USA pour pouvoir acheter sur Amazon France et Amazon USA. J’ai un compte USA et la seule fois où j’ai commandé sur Paris, Amazon a transféré mon compte en France et mes dollars en Euros. Je n’ai appris que quand j’ai voulu acheter sur USA, que je n’avais pas de compte et étais inconnu. Si c’est leur façon de favoriser les échanges culturels…

En conclusion, je vous signale que vous avez très peu de chance que je vous achète un livre, car comme auteur et comme lecteur, je ne travaille plus que par internet, c’est tellement facile. Si cela ne vous fait ni chaud ni froid, c’est votre affaire et celle de vos auteurs. Je ne vois pas pourquoi Amazon peut vous en faire reproche. Mais il m’arrive parfois de le regretter. Ce qui pourrait peut-être vous concerner.

Je vous prie, Monsieur, d’agréer l’expression de ma considération distinguée.

J’espère ainsi faire avancer le schmilblick. Je pense que Hachette devrait réfléchir à sa position et que Amazon est un peu culotté de se présenter comme le défenseur de la « culture pour tous » ! Et vous, qu’en pensez-vous ?

Un projet acceptable

Chers correspondants et/ou amis,

Monsieur Mallard a tenu compte de notre opposition unanime à son premier projet. Voici ce qu’il vient de rentrer à la commune pour une nouvelle concertation.

perspectivejuin

 

Les plans détaillés sont remis à la commune. Pour résumer brièvement les modifications, je pense que les arguments qui fondaient notre opposition unanime à l’ancien projet n’ont plus d’objet :

Les surfaces de bureaux sont réduites à moins de 500 m2, ce qui respecte le Pras.
Toute construction en fond de parcelle est abandonnée.
La structure arborée du terrain est pratiquement maintenue en l’état actuel.
L’immeuble ancien est intégralement maintenu et le nouveau bâtiment en façade est de forme bourgeoise et va améliorer la vue actuelle sur le pignon nu de la maison voisine.

Je considère que ce projet est acceptable, compte tenu que l’alternative, selon une note du 25 mars 2012 de l’architecte et urbaniste Marc Wolff, se décrit comme suit : Mais alors on risque souvent un autre projet auquel on ne pourra pas s’opposer, par exemple une démolition complète et la construction d’un gros vilain immeuble de logement à front de rue. Pas forcément plus sympa.

Bien entendu, il nous reste des regrets par rapport à la situation que nous avons connue, pour certains d’entre nous, pendant 50 ans et plus. Mais il n’y a aucune chance que l’alternative du paragraphe précédent nous chagrine moins !

Je mets mon blog à votre disposition pour recueillir vos remarques et commentaires que tous pourront lire et commenter. Cela facilitera l’échange d’informations et évitera bien des malentendus dont nous avons souffert les mois précédents. Profitons de la nouvelle enquête pour mettre à jour notre opinion sur le nouveau projet. Nous n’aurons probablement plus d’autre occasion.

Monsieur Uyttendaele et la pétrification.

Monsieur Uyttendaele a calculé que 4 belges sur cinq n’ont pas voté pour la NVA et il estime que Monsieur De Wever ne conduit pas une mission d’information, mais bien une mission de pétrification. Il s’aménage un scénario gagnant à tous les coups.

Voyons ces trois points en détail. La chambre des députés fédérale comporte 150 membres élus, je suppose Monsieur Uyttendaele d’accord avec moi sur ce point, démocratiquement. Le PS en a 23 et la NVA, 33. Sur 150 députés, 127 ne sont pas socialistes, et 117 ne sont pas NVA. Dans un article précédent, un de mes correspondants a calculé qu’à choisir entre centre gauche et centre droit, 71 voteraient centre droit et 50 centre gauche. Ecrasante majorité, n’est-il pas, pour le centre droit ?

Mais la dictature socialiste en Wallonie terrorise les autres partis à l’idée de participer à un gouvernement de centre droit. Car celui-ci comporterait la NVA. Tout ralliement à ce gouvernement serait immédiatement taxé par le PS et ses obligés de complicité avec un parti qui veut la fin de la Belgique. Or nous pouvons tous voir que la NVA ne parle plus de la fin de la Belgique. Quelle était son argumentation pour demander la fin de la Belgique ? Le sac de boulets que représente pour tous les belges, sauf les caciques qui pullulent au PS, la dictature socialiste wallonne. Monsieur De Wever entrevoit une possibilité de reléguer ce socialisme là où il fleurit par nature : en Wallonie. Monsieur de Wever sait que 50 % de ses électeurs ne désirent pas la fin de la Belgique, mais que tous désirent, comme lui, la fin du sac de boulets. Et, ensembles en Belgique, 47 % des députés belges désirent la fin du sac et 33 % son maintien.

Alors, Monsieur Uyttendaele, qui pétrifie la Belgique ? Vous et vos alliés qui empêchez un gouvernement désiré par une majorité des Belges, ou Monsieur De Wever qui essaye de l’installer ? Pour réussir la disparition de la Belgique, Monsieur De Wever a besoin d’une majorité absolue, au moins en Flandre. Il sait très bien qu’il ne l’aura jamais, s’il parvient à déscotcher le Cdh et à rallier le MR. Bref, s’il réussit à casser la dictature des socialiste wallons. Mais aura-t-il encore envie dans ce cas de sacrifier la Belgique ? Moi je ne le pense pas.

Savez-vous pourquoi le scénario De Wever est gagnant à tous les coups ? Vous l’accusez de ne guère s’intéresser à l’état actuel de la société belge. Avez-vous correctement mesuré ce que pensent les belges élus députés démocratiquement ? Ils rejettent le PS à 71 contre 50, soit à 59 % ! C’est parfaitement démocratique. Mais il est vrai que pour votre parti la loi de la majorité démocratique s’applique rigoureusement en Wallonie, pas ailleurs et surtout pas en Belgique ! Qui veut la fin de la Belgique ?

Votre argumentation porte uniquement sur la NVA, comme si, à elle seule, elle abusait de son pouvoir de nuisance. Faites attention. Votre obstination dictatoriale finira par rendre la NVA sympathique aux vrais démocrates belges.

Surtout si vous organisez de grandes grèves en Wallonie comme en 1960.

Les vieux crocodiles s’embrouillent

Monsieur Moureaux regrette que l’on se dirige au fédéral vers une coalition de centre droit. C’est possible mais cela reste à voir. Mais il poursuit par une phrase qui montre clairement que, la Belgique, il s’en f…, quand il doit comparer l’intérêt du PS et celui de la Belgique, lisez bien : Une coalition de droite serait légitime côté flamand, mais caricaturale du côté francophone.
Mais, Monsieur Moureaux, le gouvernement fédéral c’est la Belgique, tous les belges et pas seulement les francophones ou les flamands, sans oublier les germanophones. Et là, dans mon article précédent (Un homme politique me répond) le calcul montre que les belges dans leur majorité veulent un gouvernement de centre droit. Qui veut la fin de la Belgique ? Monsieur Moureaux qui considère comme caricatural un gouvernement correspondant au désir des belges ou Monsieur De Wever qui voudrait mettre fin à la dictature de gauche que nous subissons depuis tant d’années ? Le PS a imposé tout à fait légitimement un gouvernement de gauche en Wallonie, car la Wallonie est socialiste. Mais le PS est profondément antidémocrate en refusant un gouvernement fédéral qui correspond au désir de la majorité des belges. Ce sont les crocodiles du PS qui donnent une image terriblement dégradée de la démocratie.
Mais je sais qu’il y a un risque. Si le futur gouvernement de centre droit prend les mesures nécessaires pour assurer l’avenir de nos retraites et de notre sécurité sociale, la Wallonie sera en état d’insurrection, comme en 1960 (La Loi Unique). Pendant des semaines l’état de droit a disparu en Wallonie. J’étais à l’époque ingénieur à l’administration des mines. Pour me déplacer en cas d’accident dans un charbonnage ou une entreprise sidérurgique, je devais respecter les barrages syndicaux nombreux qui avaient apparemment comme objectif de paralyser tous ceux qui voulaient ou devaient, par fonction, travailler.
J’avais une commission d’officier de police judiciaire. Les autorités publiques, gendarmerie et police étaient requises de m’aider dans l’exercice de ma fonction. Mais il n’y avait plus de gendarmes sur les routes. Et les barrages syndicaux me refusaient parfois passage, m’obligeant à des détours dangereux et allongeant le temps de mon intervention, toujours urgente cependant.
Une nuit très noire, je roulais de Mons vers le borinage, charbonnage d’Hensies. A cette époque, il y avait encore des passages à niveau pour les nombreux chemins de fer qui circulaient pour les passagers et les marchandises. Ils étaient signalés par des feux clignotants. J’ai manqué de peu de m’écraser contre un wagon. Il était arrêté au milieu de la route et toute la signalisation avait été détruite ! Et à cette époque, dans le fin fond du Borinage, il n’y avait pas d’éclairage sur les routes de campagne.
Je crains les mois prochains pour la Wallonie. Monsieur Moureaux veut-il détruire la Belgique ? C’est le PS et ses organisations syndicales qui vont couper la Wallonie de la Belgique. Je crois, j’espère en tous cas, que Bruxelles échappera à ce sort dangereux et pénible, comme en 1960. La Wallonie sera isolée du reste de la Belgique, mais pas du fait de la NVA !

Monsieur Gérard Deprez accuse le Cdh d’être à gauche depuis dix ans. Il semble oublier sa responsabilité dans cette situation. Il a commencé en politique au PSC. Il y avait à l’époque deux courants au PSC. Le Cepic qui représentait la bourgeoise catholique et des cadres d’entreprises. Le MOC (mouvement ouvrier chrétien) était représenté entre autres par Monsieur Deprez. L’organisation syndicale était riche et puissante. Le Cepic ne pouvait pas lui opposer la même puissance. Mais il était fort au sein du PSC car le PSC savait que l’essentiel de ses électeurs bourgeois aisés suivait volontiers les « consignes » de vote de l’église catholique.
Pendant dix, quinze ans, Monsieur Deprez s’est ingénié à détruire le Cepic. Mieux organisé que le Cepic, le MOC a fini par l’étrangler. Et le PSC est devenu un parti gauchisant. L’étiolement du Cdh ne date pas du tout d’il y a dix ou quinze ans, il date de cette époque « Deprez » au PSC. Puis Monsieur Deprez, au bout de plus de 10 ans de règne, s’est aperçu qu’il avait détruit le PSC et que le PS était devenu de ce fait trop puissant. A-t-il craint pour son avenir ? Je n’en sais rien. Toujours est-il qu’au prix d’un retournement de veste incroyable, il est passé avec quelques collègues au MR !
Le sort du PSC était scellé. Les bourgeois catholiques, ont très lentement mais de façon continue, déserté ce parti qui leur correspondait de moins en moins, car de plus en plus scotché au PS. Très logiquement le PSC a essayé de racoler un électorat « progressiste » et a trouvé utile dans cette optique, avec raison sans doute, de supprimer toute référence au catholicisme. Il est devenu le Cdh, invertébré et ombre du PS. Et Monsieur Deprez de publier doctement maintenant que le processus d’affaiblissement du Cdh continue de manière systématique .
Monsieur Deprez, vous êtes en train de voir réussir totalement l’œuvre de démolition entreprise par vous au PSC. Mais je vous trouve culotté !

Un homme politique me répond.

Un homme politique que j’apprécie beaucoup a échangé avec moi les emails qui suivent. Il m’a donné l’autorisation de les publier sur mon blog dans la forme qui suit. Merci à lui.

Il y a un élément (bien regrettable) que vous laissez un peu de côté.

Vous dites que la grande majorité des Belges souhaite un gouvernement de centre-droit.

Peut-être ? Je n’en sais rien ! Reste que la famille socialiste est la plus importante du pays.

Et surtout que le PS a gagné les élections à Bruxelles et en Wallonie.

Les Libéraux ont, bien entendu, beaucoup progressé mais ils sont deuxième.

Et ils sont deuxième surtout à Bruxelles où ils espéraient être les premiers.

On ne peut pas reprocher aux socialistes de s’allier avec le cdH. Ce parti est plus faible que le MR (donc plus facile à contrôler et plus de places pour le PS) et plus proche idéologiquement (donc moins de risques de conflits.

Je dirais même que le PS aurait été particulièrement stupide de s’allier avec le MR, non ?

Pourquoi l’aurait-il fait ?

D’autre part, je reçois ceci d’un correspondant, et je suis assez d’accord avec lui :

Parlant du MR, il dit : « la stratégie c’est de prévoir comme aux échecs, pas après avoir joué
mais avant

Et la dissociation d’avec le FDF ( et surtout le refus ( le différent ) injustifié au niveau financier )
ont amené inéluctablement / mathématiquement le MR en deuxième position à Bruxelles,
et de plus avec un FDF forcément antagoniste.

Et cela c’était tout à fait prévisible. »

Qu’en pensez-vous ?

Le Jeudi 12 juin 2014 13h00, Pierre Van Leeuw a écrit :

Je comprends parfaitement votre position, si partez du fait que vous ne savez pas que la majorité des belges préfèrent au vu des élections le centre droit au centre gauche. Mais, au vu des chiffres dans l’ensemble du pays, vous m’étonnez.


Je viens de faire le calcul, je ne l’avais pas encore fait.

Voici les chiffres :

Droite
NVA 33 + MR 20 + VLD 14 + Vlaams Belang 3 + PP 1 = 71

Centre
CD&V 18 + cdH 9 + FDF 2 = 29

Gauche
PS 23 + SPA 13 + Ecolo 6 + Groen 6 + PTB 2 = 50

Donc, votre raisonnement est correct sur cette base.

Toute la question est, par conséquent, celle de la NVA.

Pour ma part, je n’ai pas d’idées préconçues anti-NVA.

Mais le problème est là.

Avant les élections, tous les partis francophones ont dit pas de gouvernement avec la NVA.

Mais le problème est maintenant concrètement posé.

Entre un gouvernement avec la NVA qui exige la fin du pays et un gouvernement sans eux, je préfère la deuxième solution.

Mais si, comme on a l’air de se diriger, la NVA n’a plus de revendications séparatistes, les cartes seront redistribuées !

Ce sera très intéressant à suivre.

Le Jeudi 12 juin 2014 15h16, Pierre Van Leeuw a écrit :

Mon raisonnement est d’autant plus correct que je n’imagine pas un instant au centre le CDH et que je ne suis pas loin de penser la même chose du FDF.

Effectivement, je pense que la NVA est occupée à rebattre les cartes. La majorité de ses électeurs ne veulent pas la fin de la Belgique, mais la fin du sac de cailloux que représente pour la Belgique la Wallonie socialiste. Et je crois que De Wever en est bien conscient.

Je suis assez d’accord sauf sur le positionnement du FDF et du cdH.

Votre raisonnement est celui d’un homme de droite.

Je puis vous assurer que les gens de gauche considèrent le cdH comme un infâme parti de droite, que les gens du PP considèrent le MR comme étant au centre gauche, que les gens du PTB voient le PS au centre voire même au centre-droit.

Disons, qu’en ce qui concerne le positionnement, je me suis basé sur les classifications des politologues.

Les sales gamins

Di Rupo et son ombre Lutgen ne veulent pas d’un gouvernement belge conforme aux vœux de la grande majorité des belges. Pour cela, ils vont utiliser une triste conséquence de la régionalisation. Ils créent un gouvernement de gauche, facile à faire en Wallonie, et provoquent illico en représailles un gouvernement de droite en Flandre, facile à faire en Flandre.
Les flamands largement majoritaires en Belgique, ne peuvent compter sur aucun parti wallon ou bruxellois car, celui qui s’allierait aux flamands dans un gouvernement fédéral subirait les sarcasmes de la majorité socialoCdh en Wallonie, comme mauvais wallons qui s’allient aux flamands, pour imposer au pays une politique droitière de flamands ! La première loi de la démocratie, le pouvoir va aux représentants de la majorité, est valable pour la Wallonie, pas pour la Belgique ?
Assez stupidement d’ailleurs, les Michel et Reynders ont déclaré avant les élections qu’ils ne participeraient jamais à un gouvernement avec la NVA, pour mériter le nom de bons wallons. Ils sont tombés dans le piège, gros comme une maison, que Di Rupo et Magnette leur ont tendu. Il fallait vraiment qu’ils se sentent en perdition à l’idée de rester dans l’opposition où ils marinent depuis 10 ans !
Pour être certaine qu’aucun gouvernement fédéral n’est possible sans elle, la gauche wallonne, qui critique le confédéralisme nationaliste de la NVA, prend le risque de bloquer la Belgique en imposant en Wallonie le refus de la NVA dans un gouvernement fédéral dont elle ferait partie.
La grande majorité des belges est pour le centre droit. Bien joué, Di Rupo ! Honte à Lutgen qui confirme le scotching du Cdh ! Mépris pour Reynders et Michel qui, dans l’espoir de quitter l’opposition où ils sont depuis 10 ans, ont plié devant l’empereur Di Rupo Ier.
Mais alors, qui est séparatiste ? Bart De Wever qui veut un gouvernement belge de centre droit ou Elio Di Rupo qui veut un gouvernement Belge de centre gauche ? Qui est démocrate ? L’empereur Di Rupo ou le populiste Bart De Wever ?
Bon amusement pour Philippe 1er. Il pourrait tout aussi bien partir en vacances pendant un an ou deux, jusqu’à ce que la population wallonne comprenne que tout cela a pour seul but dans l’esprit de Di Rupo que le PS ne reste pas hors du gouvernement fédéral, au mépris de ce que désire la majorité des belges.

Le mysticisme quantique est un oxymore audacieux!

 

On tombe fréquemment dans internet sur des groupes de discussion intitulés Le mysticisme quantique. Pour moi, il s’agit d’un oxymore primitif !

Pour le petit Robert, le mysticisme est l’ensemble des croyances et des pratiques se donnant pour objet une union intime de l’homme et du principe de l’être (divinité). Depuis des millénaires, l’homo sapiens confronté à une nature qui dépassait ses connaissances scientifiques, a attribué à une ou plusieurs divinités les manifestations grandioses ou simples de la nature. Il honorait ces divinités comme il croyait leur plaire. Mais il est probable que quelques sorciers observateurs avaient déjà une certaine connaissance de quelques lois naturelles, ce qui leur permettait comme à Tintin de menacer les adeptes de Rascar Capac de la disparition du Soleil.

Même de grands philosophes comme St Thomas d’Aquin sont tombés dans ce piège. Les septante premières pages de la Somme Théologique ont pour objet la preuve de l’existence de Dieu. On peut les résumer comme la présentation de tout ce qu’il ne peut comprendre dans la nature et dans l’homme, si Dieu n’existe pas : c’est le Dieu bouche-trou. Qui aura encore la foi le jour où l’existence de Dieu sera prouvée ? Quelques savants font la bêtise inverse. Stephen Hawking publie, en septembre 2010, son livre The Grand Design. ll y déclare qu’il n’a plus besoin de Dieu pour comprendre l’univers. Il a soulevé une volée de critiques, notamment dans le Scientific American d’octobre. Non parce qu’il est athée affiché depuis toujours, mais parce que cette déclaration dans un livre qui se veut scientifique, n’a rien à voir avec la science.

Voyons cela dans l’ordre. La philosophie est, selon le Petit Robert, l’ensemble des études, des recherches visant à saisir les causes premières, la réalité absolue, ainsi que les fondements des valeurs humaines, et en envisageant les problèmes à leur plus haut degré de généralité. Les sciences exactes sont donc partie de la philosophie. Jusqu’il y a une centaine d’années on ne parlait d’ailleurs pas de savants, mais de philosophes, pour des savants comme Newton.

En sciences exactes, la philosophie est considérée comme la recherche de lois générales à partir de l’observation de phénomènes particuliers. Ce que les sciences exactes appellent loi naturelle est donc une affirmation confortée par des observations naturelles. Le chef de file des positivistes scientifiques, Ernst Mach, disait qu’aucune affirmation n’est possible en sciences naturelles, si elle n’est pas vérifiable expérimentalement. Beaucoup de lois naturelles sont incompréhensibles et cependant tout à fait efficaces pour prédire ce qui se passe lors des observations. La loi de la gravitation universelle de Newton prévoit la transmission instantanée de la gravitation dans tout l’univers. Newton lui-même s’était rendu compte que c’était en contradiction avec la troisième de ses lois du mouvement : l’action et la réaction sont égales et opposées. Comme sa loi de la gravitation universelle donnait des résultats d’une exactitude stupéfiante (dixit Einstein 250 ans plus tard), il laissait à la considération du lecteur des Principia la solution de ce problème !

Autres exemples classiques. En considérant les expériences de Michelson et Morley, Einstein constate que la lumière a la même vitesse pour tout observateur en mouvement inertiel (voir mon livre Notre escapade dans l’espace-temps, chap 8, Nos observations). La loi de l’addition des vitesses, n’est pas applicable à la lumière. Il en déduit la relativité restreinte: la loi d’addition des vitesses n’est pas valide, mais cela ne se voit qu’à des vitesses relativistes. C’est incompréhensible, il le reconnaît et il nous dit: n’essayez pas de comprendre, c’est comme ça que fonctionne la nature. En constatant que la masse inerte et la masse pesante sont égales a un facteur constant près, il y voit une coïncidence extraordinaire (voir La gravité ça creuse, Appendice mathématique, 5. Masse et poids). Pareille corrélation nécessite que ces deux masses soient identiques. Il en déduit la Relativité Générale. Sans essayer d’expliquer cette identité.

Dans les trois cas ci-dessus, la loi naturelle décrit le comment des choses. Et le physicien qui les énonce, admet que le pourquoi lui échappe. La conclusion s’impose : les sciences exactes décrivent le comment. Le pourquoi relève d’un autre domaine. Pour les croyants d’il y a des milliers d’années et d’aujourd‘hui, le pourquoi est révélé, un créateur tout puissant a voulu l’univers tel qu’il est.

Appliquons cette constatation à la mécanique quantique du paradoxe EPR. Vous trouverez une description abordable du paradoxe EPR dans Dieu joue-t-il aux dés ? Le paradoxe EPR décrit dans la Physical Review du 15 mai 1935 page 777, est une expérience de pensée d’Einstein qui, en fonction de la mécanique quantique, suppose que deux particules interagissent instantanément, bien qu’étant a des années-lumière l’une de l’autre. Crime de lèse-majesté relativiste : rien ne peut aller plus vite que la lumière. La mécanique quantique est donc fausse ou incomplète ! Les moyens de l’époque ne permettaient pas de réaliser les expériences EPR. Dans Dieu joue-t-il aux dés ?, je décris en détail comment elles ont été réalisées des dizaines de milliers de fois à la fin du siècle passé. Et comment elles donnent raison à Bohr contre Einstein.

Des expériences récentes semblent même montrer que les notions de passé, de présent et de futur sont discutables au niveau quantique. Ce n’est pas la mécanique quantique qui est incomplète, mais la relativité, puisque la nature est capable d’envoyer instantanément des signaux à des distances astronomiques. C’est incompréhensible en fonction de notre expérience quotidienne. Mais c’est une loi naturelle, déduite d’expériences naturelles, réalisées sur du matériel scientifique décrit en détail et qui, en tout point de la terre, donne le même résultat. Le comment est clair, le pourquoi pas encore, et ne le sera peut-être jamais, pas plus que la constance de la vitesse de la lumière ou l’identité des masses pesantes et inertes.

Vous comprenez pourquoi je traite d’oxymore la conjonction de mysticisme et de mécanique quantique ? La science et la religion sont comme deux droites parallèles. Elles n’ont aucun point de contact, sinon à l’infini. Mais l’infini n’est, par définition même (qui est plus grand que toute quantité de même nature), pas accessible à la science. Au lieu de parler de mysticisme pourquoi ne pas utiliser le terme qu’utilisent tous les savants, le paradoxe ?