L’intrication quantique

Le 13 juin 2015, Jacqpote m’écrit:

Salut Pierre,

Voici ce que je lis dans Wikipedia, et qui pourrait t’intéresser (paradoxe EPR) :

 
L’intrication quantique est un phénomène observé en mécanique quantique dans lequel l’état quantique de deux objets doit être décrit globalement, sans pouvoir séparer un objet de l’autre, bien qu’ils puissent être spatialement séparés. Lorsque deux systèmes – ou plus – sont placés dans un état intriqué, il y a des corrélations entre les propriétés physiques observées des deux systèmes qui ne seraient pas présentes si l’on pouvait attribuer des propriétés individuelles à chacun des deux objets S1 et S2. En conséquence, même s’ils sont séparés par de grandes distances spatiales, les deux systèmes ne sont pas indépendants et il faut considérer {S1+S2} comme un système unique.
L’intrication quantique a un grand potentiel d’applications dans les domaines de l’information quantique, tels que la cryptographie quantique, la téléportation quantique ou l’ordinateur quantique. En même temps, elle est au cœur des discussions philosophiques sur l’interprétation de la mécanique quantique. Les corrélations prédites par la mécanique quantique, et observées dans les expériences, montrent que la nature n’obéit pas au principe du « réalisme local » cher à Einstein, selon lequel les propriétés observées d’un système, bien définies avant toute mesure, sont attribuables à ce système et ne peuvent changer que par interaction avec un autre système.
Porte-toi bien.
Ma réponse.
Cela fait maintenant 30 ans que l’on parle de l’ordinateur quantique et de la téléportation ! Mais je pense que ce qui est imaginable au niveau de l’atome est, pour pas mal de temps encore, impensable au niveau macroscopique qui restera malheureusement ou heureusement toujours le nôtre. Il faudrait intriquer des milliers d’atomes pour envisager ce que tu décris. La loi des grands nombres est redoutable.  L’intrication disparait bien avant cela.
 Le 17 juin 2015, Jacqpote répond:
Quant à l’intrication, tu récuse le paradoxe EPR ! Donc une théorie sans aucun avenir ?
Ma réponse.
Cela, je n’oserais pas le dire. L’intrication est une certitude au niveau quantique. Mais, comme le dit l’article in fine, les propriétés observées d’un système, bien définies avant toute mesure, sont attribuables à ce système et ne peuvent changer que par interaction avec un autre système.
Au lieu d’écrire ne peuvent changer que par l’auteur aurait dû écrire sont toujours changées par. C’est ce que les théoriciens appellent la décohérence. Maintenir deux particules intriquées sur plus de 100 km comme on le réussit maintenant couramment a été considéré comme un exploit qui a fait la une des journaux scientifiques et même de certains quotidiens.. Mais pour réussir à conserver intriquées les milliers de particules au travail dans un ordinateur quantique, personne ne sait comment s’y prendre pour le moment.
J’ai fait une recherche sur GOOGLE. Wikipaedia évoque l’existence il y a quelques années d’ordinateurs quantiques de moins de 10 qbits intriqués qui décohéraient en deux ou trois minutes. Depuis lors il y a des dizaines de prétentions allant jusqu’à quelques centaines de qbits, 3.000 annoncés le 13 avril 2015 sur Futura Science, mais l’article termine en rappelant que la rapidité de la décohérence est croissante avec le nombre de particules intriquées ! Et ces descriptions sont confidentielles et nébuleuses. Ce qui est certain, c’est qu’aucun ordinateur quantique n’est actuellement dans une vitrine de vente ! Alors qu’on s’en gargarise depuis plus de 30 ans.
L’intrication qui transmet instantanément « quelque chose » entre des particules intriquées est sans doute réalisée par la particularité « onde » des  particules. Mais personne actuellement n’a la moindre idée du mécanisme de transfert. Je ne récuse évidemment pas le paradoxe EPR.  Je crois au contraire qu’il faut l’expliquer et qu’on y arrivera forcément un jour. Et l’explication sera tellement simple que tous les Bohr et Einstein du moment s’écrieront: Comment n’y ai-je pas pensé ! (cela s’est déjà produit: voir sous Mes livres, E = mc2, la biographie de Lise Meitner « Mon Dieu que nous avons été stupides ! »)
Pour protéger la relativité, on montre facilement que personne ne peut utiliser l’intrication pour transmettre de l’information par l’intrication.
Je réponds: oui personne, sauf les  particules !
Pour pouvoir utiliser l’intrication sur un grand nombre de particules, il me semble qu’il faudra d’abord en comprendre le mécanisme pour pouvoir le protéger  efficacement et durablement. Et cela, comme on dit dans les armées, ça prendra un certain temps.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s